Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

Portrait #4 - Jérôme Faguet

Pour la quatrième édition de cette rubrique de Portraits, retrouvez notre article sur Jérôme Faguet, figure incontournable de l'entente Pays Voironnais Handball et de l'Espoir Moirannais Handball, nos amis et voisins. Venez en apprendre plus, sur lui-même et son rôle dans l'entente !

Jérôme Faguet

 

 

Biographie handballistique

 

Arrivée au club EMHB

  • Septembre 1998 avec mon fils ainé, alors âgé de 12 ans, qui s’est inscrit au club de Moirans. Je n’étais que papa supporter et véhiculant. Ma première licence de dirigeant date de septembre 2000, car j’endossais la fonction de coach des moins de 13 masculins, où figurait mon fils cadet. Je l’ai fait deux ans de suite.

Ancien(s) club(s)

  • Club de tennis d’Avignon, quelque part au début des années 1970…une saison je crois ! J’ai découvert le hand et le milieu associatif avec l’EMHB. Mon ainé avait bien fait 3 ou 4 ans de foot avant de rentrer à l’EMHB, mais j’ai pas accroché....J’en ignore les raisons [En réalité, Jérôme pose un joker là ;)  ]

Parcours

  • Dirigeant : Président de l'EMHB depuis Septembre 2001 [On en est donc à la 18ème année de présidence, chapeau ! ] et fait partie de l'organisation du Comité Isère de Handball ;
  • Sponsor : avec EVA Paysages depuis le premier jeu de maillots offert aux -13Garçons en 2001 [Aujourd'hui, les équipes SG1 de l'EMHB et notre équipe SG3 Pays Voironnais porte encore ce sponsor] ;
  • Entraineur : ​​​​​​
    • 2000-2002 (-13Garçons)

Ton meilleur souvenir au handball ?

  • Il y en a plusieurs [Décidément, personne ne veut choisir dans cette rubrique] : gagner d’un but avec mes moins de 13 masculins contre GUC (Grenoble), en faisant pratiquer un jeu homme à homme sur tout le terrain à mes jeunes. Evidemment, n’y connaissant rien, ça me simplifiait le coaching. J’avais juste à leur dire de ne pas quitter leur vis-à-vis, de jouer sur les trajectoires et bien sûr, de faire tourner le banc car ils se donnaient à fond. On finit 3ème du championnat de l’Isère, derrière Saint Egrève et Eybens. Il y a aussi les Barjots au Sandball, le départ des filles de l’entente pour le tournoi au Danemark avec Véro [Chaillard] et les matchs parents-enfant de l’EMHB, quand j’avais encore assez de souffle.

Questions décalées

 

Si tu étais un film ?

     Master and Commander, à condition que le corsaire français coule le bateau anglais

Si tu étais une célébrité ?

     Mac Gyver [Tintintintintin-tin-tintintin]

Si tu étais un objet du quotidien ?

     Un couteau suisse

Si tu étais une saison ?

     Le Printemps, pour le renouveau de la nature

Si tu étais un livre ou une BD ?

     La Guerre des Boutons, je l'ai lu 3 fois

Si tu étais une ville ?

     Reykjavik [Capitale islandaise pour les incultes =P] si on y a jamais été, on ne peut pas comprendre

Si tu étais une voiture ?

     Une 4L (ou Renault 4)

Thé ou café [le déca, ça compte pas] ?

     Café

Si tu étais un des 7 péchés capitaux ?

     Gourmandise, faut pas me laisser un frigo ouvert...


Le Pays Voironnais Handball et toi

 

Tu es Président de l’Espoir Moirannais Handball depuis de nombreuses années et tu as participé aux prémices de l’entente PVHB. Peux-tu nous raconter, en quelques lignes, comment est venue l’idée / la nécessité de l’entente et comment ça s’est construit au début ?

Les coachs des moins de 16 filles des deux clubs avaient chacun 12 à 15 joueuses aux qualités handballistiques disparates. Pour qui faire les entrainements ? Jouer la ligue ou rester en Comité ? Choisir l’élitisme ou la formation basique revenait à décourager dans chaque club la moitié des effectifs. Il s’agissait aussi pour Voiron de nourrir qualitativement son équipe première qui flirtait avec la Nationale 3. Les deux coachs, Jean Michel à Moirans et Nelly (Girardeau) à Voiron ont eu l’idée d’une entente sur la catégorie, pour donner du temps de jeu à chacune ainsi qu’un niveau de jeu adapté à toutes. Jean Michel m’en a parlé, j’ai dit pourquoi pas. Quelques temps plus tard, alors que j’étais venu en spectateur sur un match de jeunes à La Garenne, Jean-Claude Albin (Président de l'ALV Handball à l'époque) me prenait par l’épaule et me disait : Jérôme, il faut qu’on monte un pôle filles fort sur le Voironnais. Ce sont textuellement ses mots et ils résonnent encore dans ma tête. Nous étions en avril/mai 2008. L’entente entre les deux clubs, baptisée Centr’Isère, est née en septembre 2008.

 

Dans un projet d’une telle envergure (et à l’époque, les ententes n’étaient pas aussi répandues qu’aujourd’hui), quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées ?

Rien de fondamentalement bloquant. Dire aux joueuses de jouer en Une ou en Deux, revenait à affronter certaines succeptibilités d’enfants, et de parents surtout. Et parmi les parents, certains ont refusé d’emmener leur filles s’entrainer dans l’autre salle que celle de leur club…. Broutilles ! Par contre, j’ai perçu à l’époque, côté Séniors féminines, d’un coté comme de l’autre, que ce mouvement était loin d’être apprécié. Querelles personnelles et rivalités de clocher sans doute, un héritage du passé voué à s’effacer entre gens de bon sens. Et ce fût le cas. Constat : dix ans plus tard, Voiron est en Nationale 2.

Aujourd’hui, l’entente PVHB s’est étendue aux garçons, presque sur toutes les catégories. Quel bilan (moral et sportif) peux-tu en tirer ? Qu’est-ce que tu souhaiterais voir s’améliorer encore ?

C’est du bonus de partout. Effectifs, formation adaptée, arbitrage, entraineurs, fonctionnement sportif et administratif, nous allons dans le bon sens. Même si nous ne sommes pas champions du monde dans toutes les catégories, le PVHB attire les jeunes et la structure sait les satisfaire et les garder en son sein. Avec la nouvelle Ligue Régionale (AURA), on sait qu’il ne restera bientôt que les gros clubs ou les tout petits. Le PVHB et ses quelques 650 licenciés, fera partie de la première catégorie. Un petit mot de l’avenir : ce sera aux jeunes, qui auront joué ensemble dès leur plus jeune âge et lorsqu’ils seront en charge, après nous, des deux clubs, de faire en sorte qu’il n’y en ait plus qu’un.

Un grand merci à toi Jérôme de t'être prêté au jeu, et une bonne continuation, à l'EMHB et au sein du Pays Voironnais !

Pour l'instant, peu de joueurs ont été interviewé (uniquement Barnabé et ses multiples casquettes). Alors, à Mercredi prochain pour un portrait de Sénior Garçon !!

En savoir plus sur l'auteur

BERTRAND Kévin

Section Féminine (Membre)Commission Communication (Responsable Communication)Bureau elargi (Membre)Staff (SF2)